mercredi 6 janvier 2010

chaumont










Chaumont, impression jet d'encre sur papier et sur rhodoïd, 2009


Feuilleter, dépouiller, donner lieu à un morcellement qui fait sens : dire la solitude ressentie face à un lieu, par des mots entrecoupés de blancs, sous la surface du texte apparent.
Et aussi : penser la précarité des images, du moins leur malléabilité.
L'image est ici une traduction littérale et physique du modèle numérique : une épaisseur de calques, la stratification de différents niveaux de sens. Et ainsi, elle peut être défaite de la même manière qu'elle a été faite.
Et puis c'est aussi voir le réel autrement : voir le réel, déjà, comme une image qui peut être épluchée, épluchée jusqu'à ce que surgisse le non-sens...